24 janvier 2006

Etape à N'Djolé...

 
J’ai donc fini par quitter Bitam, après deux jours chez Pahé . C’était important de ne pas poser mon cul sur la selle un jour ou deux parce que, le pauvre, il est un peu en bouillie.  Il faut dire que depuis Douala , je me trimballe en plein milieu de la fesse gauche une espèce de bubon placé juste à l’angle où le fessier vient reposer sur la selle, là où pile ça frotte quand on négocie un virage.
C’est bien fait pour ma gueule, ça m’apprendra à gratter les piqures d’insecte mal placée , mais là, je dois dire qu’avec ce petit plus final, c’est la cerise  sur le gâteau, si j’ose dire…Enfin bon, avec tout ça je ne serai pas fâché d’arriver à Libreville, terminus pour cette virée. La moto restera là jusqu’à l’hiver prochain où quand je reviendrai j’aurai déjà le pied sur l’équateur, prêt à affronter le coeur des ténèbres, comme disait Joseph Conrad en parlant de cette Afrique centrale inextricable où tant de blancs fatigués vinrent jadis perdre leur âme…La route d’aujourd’hui était presque entièrement goudronnée, ce n’était pas prévu comme ça sur la carte mais il paraît que c’était une promesse pré-électorale de Bongo pour son quarante douzième mandat. Maintenant qu’il est repassé , je suppose que les dix kilomètres qui restaient en ruine juste avant N’Djolé resteront comme ça cinq ou sept ans.

auberge_a__n_djole1

Il était joli, malgré tout, ce tronçon délabré, mangé par les liserons géants , à l’ombre d’immenses frondaisons de bambous géants auxquels  se laissent pendre de longues toiles d’araignées qui viennent caresser les  joues distraites et sans doute qu’il vaut mieux songer à éviter les ornières qu’à ces  araignées grandes comme les visages des cadavres qui hantaient  mes hallucinations paludiques.
J’aurai pu voir comme ça ce que je me serais farci comme enfer routier juste deux ans plus tôt si j’étais venu par ici…les trous étaient tellement balèzes que pour préserver mon arrière train je pilotais debout comme un vrai pro. C’est mieux  pour passer les obstacles sauf quand la fixation de la valoche de droite lâche prise d’un coup et qu’on se voit dépassé  par  ses bagages en folie qui finissent par s’exploser dans un fossé caillouteux. Quatre gars dans la chaleur qui bossaient sur un chantier sont venu m’aider à ramasser quelques pièces détachées, mes pastilles d’aquarelles et mon I Book qui est décidément un sacré costaud !

route_en_bambous

Posté par ptiluc à 20:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Etape à N'Djolé...

Nouveau commentaire