15 janvier 2006

la piste de Mamfe

La route ressemble de plus en plus à une piste …j’avais décidé de faire des étapes plus courtes et de m’arrêter à Ikom , dernière ville du Nigéria. Mais que faire dans un bled pareil ?

La frontière n’est qu’à une demie heure, j’y vais.

Passage facilité par le retour au français qui me permet de discuter BD avec le chef de poste qui était fan de

La Patrouille

des Castors !

welcome_on_ze_piste

La piste est parfois très défoncée , des ornières d’un mètre creusée par les camions à la saison de pluies, je les passe très lentement pour ne pas accrocher mes grosses valoches et me retrouver par terre . La journée s’avance puis la crève revient et pour corser le tout un gros orage tropical vient transformer la piste en patinoire .

A chaque gamelle, j’attends que quelqu’un passe pour m’aider à relever, je finis par me vautrer en plein milieu d’un village où je demande s’il n’y a pas moyen d’y faire étape .

Je me retrouve dans une petite case humide pour une épouvantable nuit où j’essaye d’aider mon organisme à combattre cette crève qui ne demande qu’à s’y installer défnitivement.

Le lendemain, je repars péniblement bien décidé à m’arrêter à Mamfe qui n’est qu’ à quinze bornes et aller voir un docteur. Ils étaient tous très gentils à l’hôpital très joli de la ville…

J’y serais bien resté me reposer une nuit mais on m’a laissé repartir avec des kilos de médocs

Pour soigner ma malaria toute neuve, alors je me suis cherché un hôtel pour enfin dormir .

 

 

La route ressemble de plus en plus à une piste …j’avais décidé de faire des étapes plus courtes et de m’arrêter à Ikom , dernière ville du Nigéria. Mais que faire dans un bled pareil ?

La frontière n’est qu’à une demie heure, j’y vais.

Passage facilité par le retour au français qui me permet de discuter BD avec le chef de poste qui était fan de

La Patrouille

des Castors !

La piste est parfois très défoncée , des ornières d’un mètre creusée par les camions à la saison de pluies, je les passe très lentement pour ne pas accrocher mes grosses valoches et me retrouver par terre . La journée s’avance puis la crève revient et pour corser le tout un gros orage tropical vient transformer la piste en patinoire .

A chaque gamelle, j’attends que quelqu’un passe pour m’aider à relever, je finis par me vautrer en plein milieu d’un village où je demande s’il n’y a pas moyen d’y faire étape .

Je me retrouve dans une petite case humide pour une épouvantable nuit où j’essaye d’aider mon organisme à combattre cette crève qui ne demande qu’à s’y installer défnitivement.

Le lendemain, je repars péniblement bien décidé à m’arrêter à Mamfe qui n’est qu’ à quinze bornes et aller voir un docteur. Ils étaient tous très gentils à l’hôpital très joli de la ville…

J’y serais bien resté me reposer une nuit mais on m’a laissé repartir avec des kilos de médocs

Pour soigner ma malaria toute neuve, alors je me suis cherché un hôtel pour enfin dormir .

la_piste_de__mamfepetite_maison_dans_la_prairie

 

 

Posté par ptiluc à 11:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur la piste de Mamfe

Nouveau commentaire