03 janvier 2006

arrivee a Lagos premier janvier

vues_de_lagos

D’abord il y a eu la douane…Pas grand monde sur la route de la frontière…aujourd’hui c’est à la fois dimanche et le jour de l’an…c’est un très bon jour pour affronter l’entrée dans un pays à la réputation aussi solide que le Nigéria.
A la sortie Béninoise, un gros fonctionnaire commence à chercher des poux…Je n’aime pas passer les douanes en fin de journée, on a toujours une inquiétude qu’en cas de complication on se retrouve de l’autre côté en pleine nuit . Là ça sent déjà l’embrouille alors qu’on est encore au Bénin. Je laisse mon nouvel allié diplomate gérer à sa façon mais devant l’insistance du gros teigneux je ressors mon bon vieux couplet du cadeau que je vais lui faire et que personne ne lui en fera un pareil et que ça va être sa caricature... Son collègue rigole
déjà, se moque à l’avance du bide à son copain que je ne vais pas rater; ça détend un peu, il nous laisse passer.
On se retrouve côté Nigéria…Fonctionnaire des douanes presque sympathique qui nous accueille à coup de Happy new year, un petit coup de tampon et welcome au Nigéria.
Pas une fouille de bagage, aucune vérification, j’hallucine ; c’est ça la pire douane d’Afrique ?  Le policier  suivant sera plus hargneux avec mon passeport qu’il ne comprend pas pourquoi j’ai pris mon visa au Burkina alors que je suis français…il a l’air très nerveux, celui-là, il parle en tapant sur la vitre de son bocal et je ne comprends pas grand chose à son anglais. Sur ce coup-là, mon allié désamorce la crise avec brio et nous voilà de l’autre côté.
Il paraît que d’habitude les cent bornes de route qui suivent sont truffés de contrôles musclés assez éprouvants mais ils sont sans doute tous à cuver leurs bières de réveillon ; on devrait ne venir dans ce pays que les premiers janvier !
Mes yeux traînent partout…me voilà au Nigéria sur ma bonne vieille bécane.
On croise juste deux contrôles, je ralentis mais je ne m’arrête pas…Ils sont beaucoup plus armés que dans les pays voisins, mais bon, ça marche aussi ici le système « non stop ».
Petit à petit l’agglomération se développe tout autour…la circulation se densifie…on approche de Lagos… Mais comment décrire cette ville…Il faut imaginer un grand port, des viaducs immenses qui le longent, beaucoup de circulation…
Certains me diront que, finalement, c’est un peu comme Marseille…alors bon, je leur dirai que peut être un peu, mais que si Lagos c’est Marseille alors Marseille c’est  SaintTropez.    …après tout il y a aussi un port à Saint Tropez.
Je n’ai plus traversé d’entrée de ville aussi titanesque depuis Bombay, il y a dix ans…mais en Inde, il y a toujours, malgré tout, comme quelque chose de cool…ici, pas vraiment.
Entre tous ces viaducs sous lesquels grouille tout une foule très agitée, il  y a des tas de tout.
D’ordures, de camions, de bus cassés ou de cargos déglingués…il y a des bras de mer, de fleuve ou de lagune reliés par les viaducs…et partout des tas d’immeubles de toutes les tailles imbriqués n’importe comment les unes dans les autres…une sorte de chaos architectural entouré d’un chaos routier au milieu duquel  il faut se fourvoyer.
Bienvenue à Lagos…

Posté par ptiluc à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur arrivee a Lagos premier janvier

Nouveau commentaire